Patrick Outil

Céramiques

Origines

Exposition du 10 juin au 17 juillet 2021 


Je recherchais sans le savoir vraiment, une technique murale solide et durable pouvant éventuellement remplacé la fresque pour un coup moindre. La fresque est sans doute la plus belle des techniques de la peinture, mais c’est aussi la plus exigeante, la plus difficile.  Les contraintes liées à cette technique sont nombreuses, et l’une des plus évidentes est son inadaptation aux murs en bétons, base de l’architecture moderne. Certes ont peu trouver des solutions mais elles en augmentent aussi assez considérablement le coup. Ensuite pour travailler sur des formats amovibles elle n’est guère pratique. Mes nombreux voyages en Iran m’ont révélés une technique qui dans les premiers temps ne m’était pas apparu comme providentielle. Il me fallut voir et revoir les murs des bâtiments anciens pour comprendre le potentiel de la céramique murale. Je ne sais pas vraiment comment appeler cette technique. On entend souvent par céramique la réalisation de petits objets usuels en terre cuite émaillée. L’émail est souvent considérée comme décorative, et dieu sait que ce mot me fait peur. On connaît les émaux sur cuivre réalisés dans des ateliers de Limoges, on connaît moins les magnifiques portrait réalisés au XVI ème siècle. Comme la technique est complexe les peintres s’y sont rarement essayés et elle est restée très confidentielle. Aujourd’hui la fabrication industrielle de carrelage, permet de dépasser la contrainte de la fabrication du biscuit pouvant servir de support à cette peinture. Pour moi c’est une technique de la peinture, peu répandue, parmi d’autres. Je me suis essayé au biscuit mais je préfère m’en remettre à l’industrie, qui me donne de nombreux mètres carrés bien réguliers, pouvant déboucher aisément sur des réalisations murales de grandes dimensions. J’ai acquis un petit four qui me permet d’expérimenter et d’apprendre intuitivement cette technique. Le résultat n’est pas toujours optimale, mais l’accident permet d’obtenir des matières surprenantes, des effets inattendus qui entrent dans l’idée même de la peinture, et non de la céramique au sens stricte du terme. Les thèmes abordés sont comme toujours dans mon travail en rapport avec ma quête intérieure. C’est principalement une expression de l’inconscient à l’écoute duquel je suis continuellement. Il faut parfois de nombreuses années pour que je saisisse le sens de mes  œuvres.  Toutefois les dernières sont la marque d’une avancée spirituelle significative vers la compréhension de notre nature profonde, de l’« Origine », compréhension sortant des idées générales, et que je considère comme intime, et donc secrète. Les images offrent des pistes puisqu’elles expriment cet inconscient voilé. Chacun peu s’en inspirer et y puiser sa propre conception de l’« Origine » devenant ainsi multiple.

 

Patrick Outil